smol journal

un ours polaire sur la banquise

la crise du carbone.

24 juin 2024

Les températures sur terre n’ont jamais été aussi élevées en 800 000 ans. Conséquences : les gaz à effet de serre affichent des niveaux records, on assiste à l’élévation du niveau des mers, et les sécheresses se font plus fréquentes, sévères et étendues. Nous devons impérativement réduire nos émissions carbone.


Le principal facteur actuel du réchauffement climatique est l’influence humaine (à degré de certitude de 95 %, d’après un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publié en 2022). Il n’y a pas d’augmentation des températures « acceptable ». Chaque degré supplémentaire entraînera des conditions climatiques plus extrêmes et accélérera la montée des eaux.


Les niveaux des gaz à effet de serre responsables du réchauffement de la planète, comme le dioxyde de carbone, ont explosé ces cent dernières années. Si nous n’inversons pas la tendance, les températures continueront de grimper. Explication : ces gaz retiennent la chaleur du soleil en formant une sorte de couverture autour de la Terre, comme le verre d’une serre. Les gaz restent prisonniers de notre atmosphère pendant des années et, au fur et à mesure qu’ils s’accumulent, la planète se réchauffe.


Qui dit planète plus chaude dit climat plus extrême : crues, orages et sécheresses sont devenus des événements courants. Et tandis que les températures grimpent, les boucles de rétroaction ne font qu’accélérer le phénomène. Un exemple : les calottes glaciaires polaires reflètent moins de chaleur du soleil vers l’espace… ce qui contribue au réchauffement… qui contribue à son tour à la fonte des calottes glaciaires…


Les conséquences du changement climatique sont déjà bien présentes, et leur sévérité et leur probabilité ne font qu’augmenter : inondations en Asie et en Europe, sécheresses et ouragans aux États-Unis, etc. Des millions de personnes, parmi les populations les plus démunies de la planète, ont dû être déplacées. Chez nous également, les effets du réchauffement se font sentir. Les inondations sont plus sévères pendant l’hiver, et l’été est marqué par des périodes plus longues de canicule et de sécheresse.


« Si nous voulons empêcher que l’avenir que nous avons mis en branle devienne une réalité, nous devons réduire les émissions carbone mondiales de 50 % par décennie. Et ce, en commençant dès maintenant. »


Chip Fletcher, School of Ocean and Earth Science and Technology, Université de Hawaï, 2019


L’industrie des produits ménagers contribue à la pollution de la planète depuis des dizaines d’années : ses méthodes de production privilégient le profit aux dépens des personnes, et les fabricants refusent d’investir dans des innovations qui pourraient limiter leur empreinte carbone.


* Les Amis de la Terre, 2022